Aides auditives : Tout savoir sur les nouvelles prises en charge

  • Par Viens Lisa
  • Mise en ligne : 04 mars 2021
  • Mise à jour : 04 mars 2021

Mise en place en 2019, la réforme 100% santé permettait progressivement de bénéficier d’un ensemble de soins prothétiques avec aucun reste à charge pour l’assuré. Zoom sur l’évolution de la réforme jusqu’à maintenant.

Retour en 2019

Le 11 janvier 2019 le gouvernement a mis en place la réforme 100% santé, permettant au patient de se voir prendre en charge quasiment l’intégralité de ses lunettes de vue, prothèses dentaires et auditives. La sécurité sociale prenait donc 75% de la prothèse en charge et la complémentaire santé ou le patient les 25% restants. Pour la partie mutuelle, il suffisait que le patient dispose d’une mutuelle 100% santé ou du Complément de Santé Solidaire (CSS). Une liste d’équipements prothétiques était alors disponible.

2020 ou la 1ère évolution du dispositif

Depuis le 1er janvier 2020, les personnes ayant la mutuelle 100% santé pouvaient bénéficier de prothèses dentaires et de lunettes de vue intégralement remboursées. Seuls les appareils auditifs étaient un peu plus délicats à prendre en charge, cette dernière étant mise en place beaucoup plus progressivement avec d’abord une baisse du prix des aides auditives, puis une revalorisation du remboursement.

2021, l’entrée dans le panier des appareils auditifs

A partir du 1er janvier 2021 les appareils auditifs seront aussi de la partie avec une prise en charge à 100% par l’Assurance maladie et la mutuelle. On parle une fois encore des aides auditives qui rentraient à l’origine dans le panier 100% Santé, pas de toutes les aides auditives disponibles sur le marché.

Quels appareils auditifs sont concernés ?

On parle de catégorie 1 pour ceux qui sont concernés par le panier 100% Santé et de catégorie 2 pour les autres. La différence entre les deux catégories est surtout financière, les audio-prothésistes peuvent fixer eux-mêmes les prix des appareils de catégorie 2, alors qu’ils sont plafonnés dans la catégorie 1. Toutes les options dites de confort ou non-essentielles ne sont pas prises en charge et peuvent faire passer l’appareil en catégorie 2 (comme par exemple le fait que ce soit un appareil auditif rechargeable et non à pile).

Pour être considéré de catégorie 1, un appareil auditif doit donc répondre à certains critères et posséder : Un réducteur de bruit, un système anti-larsen (qui permet de supprimer l’effet Larsen qui laisse des grésil-lements, sifflements et autres nuisances sonores qui gênent au confort de l’appareil), 12 canaux réglables, au moins 2 programmes différents (ex : environnement calme ou bruyant). De plus, les appareils doivent posséder 3 options obligatoires parmi les 12 possibles (souvent au choix du patient), telles que le système anti-acouphène, le réglage à distance via Bluetooth, la synchronisation binaurale, réducteur de bruit du vent, un dispositif anti-réverbération, un directivité microphonique ada-ptative ou élargissement de la bande passante etc. Ainsi, sans ces critères, l'appareil ne peut pas être considéré de catégorie 1.

À noter : Il existe toutefois certaines variables, par exemple, un appareil rechargeable peut être en catégorie 1, mais l’équipement de recharge ne le sera pas, il faudra donc régler vous-même le surplus.

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Articles associés
Les bienfaits du citron

Le citron serait originaire d’Inde. Les Grecs et les Romains le considéraient comme une panacé...Lire plus...

Le blanchiment des dents

Le blanchiment dentaire est un procédé esthétique permettant d’éclaircir la colo...Lire plus...

Cardiac des Monts

L'association CARDIAC des MONTS oeuvre dans le domaine de la santé publique. Elle préconise une acti...Lire plus...

Écrivez-nous un commentaire