Souscrire à une assurance dépendance, tout ce qu'il faut savoir

  • Par Viens Lisa
  • Mise en ligne : 19 décembre 2019
  • Mise à jour : 19 décembre 2019

L’état de dépendance est caractérisé par la difficulté ou l’incapacité d’effectuer tout ou partie des tâches et des gestes quotidiens en vieillissant. La perte d’autonomie peut être d’ordre physique et/ou cognitif.

Perte d’autonomie et conséquences

La diminution des capacités physiques et/ou cognitives d’une personne engendre des restrictions qui ont une incidence directe sur la vie de la personne. Elles nécessitent la mise en place d’actions bien spécifiques telles que l’intervention d’un tiers à domicile, l’adaptation du logement, la mise en place d’une cohabitation intergénérationnelle ou l’entrée en maison de retraite.

En quoi consiste l’assurance dépendance ?

En souscrivant une assurance dépendance, la personne assure l’éventualité d’une perte d’autonomie. Ce type de contrat peut être souscrit dès 45 ans, mais l'est le plus souvent entre 60 et 65 ans et jusqu’à 70 ans en moyenne. Plus la souscription est tardive, plus la cotisation sera élevée.L’assurance dépendance donne droit au versement de fonds lorsque la dépendance survient. Ils peuvent être utilisés dans le cadre de l’intervention d’une aide à domicile (aide au lever, au coucher, à l’habillage, au repas, au déplacement, aux courses, ...)ou de l’aménagement du logement (remplacement d’une baignoire par une douche, de volets classiques par des volets roulants électriques, acquisition d’un lit médicalisé...). L’assuré a la possibilité de bénéficier en parallèle de services de conseil, d’information et de prévention. Cela peut notamment permettre à ce dernier et à ses proches d’être orientés dans les démarches à effectuer, qu’il s’agisse de dossiers à constituer ou de la mise en place de prestations d’accompagnement.

Quelles formes l’assurance dépendance peut-elle prendre ?

L’assurance dépendance peut être souscrite à titre individuel ou collectif, c’est-à-dire à titre personnel ou par le biais de son entreprise. À titre individuel, deux possibilités s’offrent au futur assuré : souscrire une assurance dépendance par le biais d’un contrat de prévoyance ou d’un contrat d’assurance vie comportant une option dépendance.

 

A noter : Il faut également savoir que si la personne reste autonome, les fonds seront perdus. Avant de souscrire une assurance dépendance, il peut être intéressant de se rapprocher de la maison départementale de l’autonomie ou d’un CLIC (centre local d’information et de coordination) pour connaître les aides relatives à la perte d’autonomie.

De quelle manière utiliser son assurance dépendance ?

Pour que les fonds puissent être mobilisés, l’état de dépendance de l’assuré doit être formalisé par le corps médical. Le professionnel habilité à évaluer la perte d’autonomie d’une personne âgée est le médecin traitant. Il utilise pour ce faire la grille AGGIR (autonomie gérontologique groupes isoressources). Dans certains cas, les compagnies d’assurance désignent un médecin en charge du diagnostic. Il emploie alors la grille AVQ (actes élémentaires de la vie quotidienne). Les modalités de versement dépendent des clauses du contrat. Il s’agit d’une rente versée chaque mois à l’assuré jusqu’à la fin de ses jours ou du versement d’un capital. Attention toutefois aux clauses de l’assurance dépendance : montant des cotisations évolutif, lourdeur des formalités administratives à effectuer pour bénéficier des fonds, délais d’attente avant la prise en charge...

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Articles associés
L’Institut Français des Sen...

Créé il y a 8 ans, l’Institut Français des Seniors dédie son activité &ag...Lire plus...

Devenez pet-sitters pendant...

Confier son animal à l’occasion des congés estivaux n’est pas toujours chose aisé...Lire plus...

Apprendre des aînés : sur l...

Les grands-parents possèdent une riche expérience de vie. Même si leur génératio...Lire plus...

Écrivez-nous un commentaire