Au secours ! Mes parents vieillissent …

  • Par Pascale PEIFFER
  • Mise en ligne : 29 novembre 2017
  • Mise à jour : 19 janvier 2018

D’ici 2030, le nombre de personnes âgées dépendantes devrait augmenter de 80 % en France. Selon une autre étude réalisée en 2011 par l’INSEE, 68 % des Français pensent que les enfants sont responsables de la prise en charge de leurs aînés si ces derniers en ont besoin. Accompagner un parent dépendant est devenu un enjeu majeur dans notre société de plus en plus vieillissante. Alors qu’autrefois plusieurs générations vivaient sous le même toit et s’aidaient mutuellement, aujourd’hui les modes de vie et d’accompagnement ont changé. Avec l’éloignement, le dialogue se restreint. Les enfants ne s’aperçoivent pas toujours à temps de la perte d’autonomie de leurs parents. En dehors de l’aspect pratique, devenir les parents de ses parents est psychologiquement déroutant. 

 

La femme confrontée au vieillissement de ses parents

Au sein de la sphère familiale, la femme a toujours eu un rôle important et déterminant. Depuis une vingtaine d’années, de nombreuses études et recherches ont été réalisées sur le sujet et toutes s’accordent sur le même point : l’implication de la femme dans les liens familiaux reste supérieure à celle de l’homme surtout lorsqu’il s’agit de s’occuper de parents dépendants. En 2011, les enquêtes réalisées par l’Institut National d’Etudes Démographiques et par la Caisse Nationale d’Allocations Familiales, confirment cette thèse grâce à l’analyse de plusieurs entretiens : 56,2% des femmes aident leurs parents contre 43,8% des hommes.

Alors pour quelles raisons les femmes sont-elles plus aptes à s’occuper de leurs parents/beaux parents ?

Plusieurs facteurs rentrent en compte. Le premier serait, principalement, d’ordre culturel. Effectivement, selon Serge Guérin, sociologue spécialiste du vieillissement au sein de la société « la norme sociale voudrait que ce soit la fille aînée qui prenne soin de ses parents en perte d’autonomie (…) on se dit sans vraiment y réfléchir que c'est le rôle de la fille ».

La douleur de voir ses parents vieillir : le ressenti psy.

L’accompagnement de ses parents est une confrontation avec des aspects du vieillissement jusque-là ignorés, et qui nous oblige à affronter une certaine réalité. C’est pourquoi de nombreuses personnes choisissent souvent de nier la situation et préfèrent pallier le problème en faisant le choix de l’institution spécialisée. Pour dépasser cette difficulté et accepter de voir ses parents vieillir, il faut être au clair avec soi-même sur le vieillissement. Il faut accepter cette étape de la vie et ne pas la renier. Alexandra Horst psychologue, analyse que l’accompagnement peut également être difficile pour des raisons :

  • D’intimité : l’aide à un parent dépendant n’est pas seulement pratique mais passe aussi par une aide physique. Cette aide comprend des moments d’intimité (toilettes, lever, coucher…)
  • D'éducation : l’accompagnement renvoie au passé donc aux relations que nous avons pu avoir avec nos parents lorsque nous étions enfants. Si des conflits relationnels ont eu lieu, il sera très difficile pour la personne de s’occuper de ses propres parents.
  • Relationnelles : dans une fratrie, chaque membre n’aura pas tissé les mêmes liens avec ses parents. Chacun joue donc un rôle différent et n’aura pas le même investissement à leur égard.

Comment gérer son rôle de mère, grand-mère et aidante ?

On les appelle « génération sandwich », il s’agit de femmes entre 50 et 70 ans devant s’occuper de leurs enfants, petits-enfants mais aussi de leurs parents. Cette étape de leur vie, intervient également à l’heure où elles-mêmes, sont confrontées à des réajustements de leur existence comme faire le deuil de leur carrière professionnelle ou avoir l’envie de réaliser des projets laissés inachevés. Pour réussir à trouver ce nouvel équilibre il faudra qu’elles renoncent à un investissement plein et entier auprès de leurs parents. Et pour cela faire appel à une aide extérieure soit auprès d’un proche (au sein de la fratrie) ou d’un professionnel.

Mes parents vieillissent : mode d’emploi

Vieillir n’est pas une étape facile à accepter. Il s’agit de faire le deuil de son autonomie et d’accepter sa dépendance nouvelle. Et même si l’espérance de vie ne cesse d’augmenter(6), des problèmes de santé peuvent surgir à tout moment. Lorsque cela arrive, il est important de considérer la situation et de réfléchir aux solutions existantes afin de pallier les difficultés que peut apporter cette perte d’autonomie. Il est important pour la personne âgée d’être entourée et surtout écoutée.

Vivre chez soi constitue un moyen d’exprimer son indépendance.

Pourtant de nombreuses solutions existent comme la colocation entre seniors ou la mutualisation des logements. Ces solutions reposent sur le maintien à domicile. Elles permettent à la personne âgée de ne pas être mise en institution et de garder un lien avec l’extérieur. Ce type d’accompagnement apparaît à bien des égards idéal, à condition qu’il ne repose pas uniquement sur un aidant familial. Le recours à un service public ou privé doit être envisagé. Ainsi, en faisant intervenir des professionnels pour certaines tâches, l’aidant(e) peut se centrer sur l’affectif et maintenir un lien personnel avec ses parents.

Mais comment convaincre ses parents d’accepter de se faire aider ? Car c’est souvent en raison de la difficulté à accepter leur état dépendant, que les personnes âgées cachent cette perte d’autonomie et se mettent en danger.

90% des français déclarent préférer avoir recours à une solution de maintien à domicile plutôt que de s’installer en institution .

Alors quand faire appel à un professionnel ?

Lorsqu’on s’aperçoit que des tâches quotidiennes deviennent trop dures pour ses parents ou que des changements interviennent (propreté de la maison, de la personne, difficulté à s’alimenter…) Avant d’entreprendre toutes démarches pour obtenir une aide à domicile, il faut évaluer leurs besoins en matière de fréquence et de durée et tenter d’estimer la durée pour laquelle l’aide devra être mise en place.

Plusieurs solutions s’offrent aux personnes désireuses de faire appel à une aide à domicile.

Le recrutement direct la personne âgée , ou ses proches, peut être l’employeur direct de l’aidant(e). Elle aura alors à sa charge toute la gestion administrative et juridique (contrat de travail, bulletins de salaire, déclarations d'URSSAF, congés payés, licenciement…) Le recours à un mandataire : la personne âgée - ou ses proches - conserve le statut d’employeur. En faisant appel à une structure mandataire (privée ou publique), ils se déchargent de tout ce qui relève de l’administratif et du juridique, moyennant une rémunération. L’organisme s’occupe également de la gestion du personnel (recrutement, remplacement…). Le recours à un prestataire: dans ce cas, c'est la structure qui fournit et facture l’ensemble des prestations aux bénéficiaires. Cette formule est la plus simple car l'organisme se charge de l'ensemble des formalités (recrutement, gestion administrative, juridique…). Le bénéficiaire demande les services dont il a besoin et la structure lui facture selon le nombre d’heures travaillées.

Bon à savoir:

Faire appel à un prestataire ou à un mandataire occasionne des frais mais des aides existent comme : -L’Allocation Personnalisé d’Autonomie (APA) permet de financer une aide à domicile. Qu’on soit recruteur direct ou faisant appel à un organisme, elle est attribuée aux personnes à partir de 60 ans confrontée à une perte d’autonomie. -En cas de situation urgente (retour d’hospitalisation, absence des proches…), la personne âgée si elle relève du régime général des salariés ou perçoit une retraite ou une pension de réversion, peut bénéficier de la prestation de garde à domicile. La demande est à faire auprès de la caisse régionale d’assurance maladie du lieu de résidence. Enfin, des réductions d’impôts sont possibles aussi bien lorsqu’on est employeur que si l’on passe par un organisme.

Attention :

Les personnes bénéficiaires d’aide comme l’APA sont libres de choisir leurs prestataires d’aide à domicile qu’ils soient privés ou publics.

Comment trouver le bon prestataire ou mandataire ?

En France, de nombreuses structures privées et publiques proposent des services d’aide à domicile. Choisir un prestataire de qualité est primordial afin d’assurer l’accompagnement le plus adapté pour la personne dépendante. En effet, mettre en place des missions d’aide à domicile requiert un certain professionnalisme. Alors comment s’y retrouver? avec d’autres partenaires du secteur médical. Les mairies, services sociaux et professionnels de santé seront donc au courant des pratiques et de la réputation des différents acteurs de l’aide à domicile et pourront délivrer d’utiles recommandations. Il est également utile de se renseigner auprès du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) le plus proche.

Les personnes dépendantes ont des besoins spécifiques et doivent obtenir une prestation adaptée. Il faut privilégier les structures spécialisées dans l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie. il faut que le prestataire prenne le temps d’analyser la situation, d’organiser les plannings et de trouver l’auxiliaire de vie le plus qualifié. Le profil psychologique des intervenant(e)s (savoir-faire et savoir-être) doit concorder avec les souhaits et attentes des clients afin d’assurer la durée et la qualité des missions. Les agréments ou certification qualité normes NF, label Cap Handéo, Qualicert...) sont de bons indicateurs quant à la qualité des prestations proposées.

Les structures qui proposent à leur personnel de bénéficier de sessions de formation continue auront les auxiliaires de vie les plus qualifiés.

Nous remercions la société Vitalliance*, Monsieur Alexandre Horst, psychologue et Monsieur Georges Arbuz, anthropologue, ancien directeur général de l’IFEPP (Institut de formation et d’études psychologiques et psychopédagogiques) et chercheur en gérontologie, qui nous ont aidés à monter cet article dans le cadre de l’étude qu’ils mènent au sujet de la dépendance des personnes âgées.

Créée en 2003, Vitalliance est une société privée spécialisée dans le secteur de la dépendance. www.vitalliance.fr

 
Partager cet article sur les réseaux sociaux
Articles associés
Faire ses conserves : des a...

Pour manger des fruits et des légumes toute l’année sans avoir recours aux conserves industrie...Lire plus...

Hypothyroïdie, hyperthyroïd...

Les troubles de la thyroïde sont très fréquents chez les femmes à partir de 45/50 ans. I...Lire plus...

Bougez pour rester en bonne...

Pratiquer une activité physique régulière quand on est jeune augmente les probabilités...Lire plus...

Écrivez-nous un commentaire