Découvrez l'interview de Daniel Guichard !

  • Par Alyssa Mauzac
  • Mise en ligne : 21 novembre 2019
  • Mise à jour : 21 novembre 2019

Daniel Guichard est néà Paris le 21 novembre 1948. Son père est breton d'origine et sa mère à la triple origine russe, polonaise et ukrainienne. Il réside à Sauvian dans l'Hérault (34). Il est le père de sept enfants : Gwenaëlle (1969), Armelle (1974), Anaël (1976) ,Emmanuelle (1984),Gabriel (1989), Joël (1993) et Raphaël (1997)

" Je ne suis pas le plus riche du métier, mais je suis le plus libre ça j’en suis certain. "

Seniors Mag : Daniel, vous avez démarré une tournée en novembre, et sur l’affiche , vous signez « Jusque-là, ça va » mais encore … Qu'est-ce qui va bien ? Vous ? Votre carrière ?

Album Daniel Guichard

Daniel Guichard : C'est une phrase que j'ai souvent dite sur scène et ceux qui ont l'habitude de venir le savent. Au bout de 40 ans à chanter lors des tournées, je me trompe parfois dans les paroles parce que je pense à autre chose. Oh ! Ce n’est pas grave, il n'y a rien de catastrophique. Certains savent même où je vais me planter, où je vais recommencer et ça les fait marrer. Je me dis toujours : « Tiens jusque-là ça va, il n’y a pas de « planterie », il n'y a pas eu de panne de micro, pas d’effet larsen… » C’est un petit clin d'œil, à mon public que je retrouve régulièrement. Vous savez je ne suis pas obligé d’aller voir des gens qui ne m’aiment pas. C’est un privilège énorme.

S.M. : C’est cette liberté que vous avez toujours cherché à garder …

D.G. : Oui et comme je le dis souvent « je ne suis pas le plus riche du métier, mais je suis le plus libre ça j’en suis certain. »

S.M. : Le 21 novembre, jour de votre anniversaire vous avez commencé votre tournée sur la scène mythique de l’Olympia.  C’était une évidence pour vous d'y retourner à l’Olympia ? Il n’y a pas d’autres salles à Paris ?

D.G. : Si ! Il y en a d’autres qui font entre 1 000 et 2 000 places mais elles ne sont pas toutes d’un accès facile et en plus je suis très pote avec Christian le directeur de l'Olympia. Cette salle est parfaite. Je la connais bien et j’aime le fonctionnement de tout le personnel. Il y a d’autres salles qui sont un peu plus grandes et que vous pouvez faire si vous avez des chansons qui cartonnent mais il faut avoir humblement la notion de ce que vous êtes en résultat commercial. Ce n'est pas une question d'être bon ou pas, humain ou pas …

S.M. : Vous donnez rendez-vous à votre public pour fêter vos 70 ans alors que certains fêteraient plutôt leurs 50 ans de carrière.

D.G. : Mes 50 ans de carrière je m'en tape complètement mais on m’a dit « mon petit Dada pourquoi tu ne ferais pas ton anniversaire à l'Olympia ? Je n’aime pas les anniversaires, je m’en fou complètement mais c’était quand même un rendez-vous sympa à l’Olympia.

S.M. : Et vous avez changé de décennie cette année !

D.G. : J’ai une notion du temps qui passe, de la vie, de la mort qui est tout à fait basique et tout à fait normale … le fait de prendre 10 ans de plus ne me perturbe pas plus que ça. C'est le jour oùje ne pourrai plus monter un escalier que je serai un peu ennuyé. Bon ! je m’adapterai et le jour où il fera s'allonger et dire au revoir à tout le monde, je le ferai et ce ne sera pas plus compliqué que cela !

S.M. : Je suis avec le Daniel Guichard de la sagesse… Vous êtes apaisé maintenant.

D.G. : Non mais J'ai failli mourir plusieurs fois et je ne suis pas mort parce que je ne devais pas mourir. Un jour ça arrivera parce que c'est dans l'ordre des choses. Mais j'aimerais bien emmerder le monde jusqu'à 103 ans. C’est ce que je dis à ma femme et à mes enfants « je vais vraiment vous gonfler jusqu'à 103 ans et je ferai semblant d'être totalement sourd pour vous emmerder ! »

S.M. : Vous allez à nouveau faire votre tournée en camping-car ?

D.G. : Oui je suis complètement autonome. Je veux être libre dans mon métier comme dans la vie. Je n’aime pas les loges avec la promiscuité de 27 personnes. Je n'aime pas charger le coffre de ma voiture pour aller dormir à l'hôtel, et refaire le lendemain les valises. Aussi loin que je me souvienne...je n’ai jamais aimé partir. J’aime bien partir les mains dans les poches, c'est-à-dire que j'adorerais être immensément riche et avoir pleins d’endroits où il y a toutes mes affaires !

S.M. : Vous avez un côté Gérard Lanvin ! Vos origines « Titi parisien », une certaine distance avec le métier, un camping-car pour se déplacer …

D.G. : Oui, il a le même gabarit de véhicule. Quand vous avez un véhicule de 7 tonnes et demie ce n’est plus une voiture, c'est une maison !

S.M. : C’est étonnant, je vous parle de Lanvin et vous me répondez gabarit de véhicule !

D.G. : Eh oui ! Nous on appelle ça des camions, parce qu’il faut avoir plein de choses dans les coffres... c’est une maison avec une salle de bain, des penderies avec les toilettes, la cuisine avec un four, le frigo- congélateur. Il y a tout un bordel pour être autonome. Je peux aller n'importe où …

S.M. : Si vous connaissez le gabarit de son camping-car, vous êtes donc copains ?

D.G. : Quand Becker m’a appelé pour jouer dans son film, le rôle d'un copain de Lanvin, j'ai tout de suite dit oui même si le cinéma n'est pas mon truc. Et Lanvin et moi on a sympathisé.

S.M. : On va vous revoir sur grand écran ?

D.G. : Non ce n'est pas mon métier !  Je sais qu’il ne faut jamais dire jamais car si je me retrouvais dans une configuration d’un film marrant qui ne me prend pas trop de temps et qui est correctement payé, j'irai m'amuser à faire du cinéma. Avec Lanvin, c'était sympa mais je ne cours pas après le cinéma. J'ai plein de potes ou de chanteurs qui ont été très bons dans des rôles d’acteurs, comme Gabin, Souchon, Renaud, Guy Marchand, Eddy Mitchell …

S.M. : A vos débuts, chez Barclay, on vous avait mis une étiquette, de « viril mais charmeur, genre Michel Sardou ». C'est comme cela que vous vous voyiez à l'époque ?  Vous aviez des points communs avec Michel Sardou ?

D.G. : On était potes parce qu'on a débuté quasiment ensemble chez Barclay. Il y avait certaines similitudes : On avait tous les deux les cheveux longs et la même dégaine. Moi j’avais le côté « titi parisien » et je faisais des chansons de ce style justement mais ça ne marchait pas vraiment.

S.M. : C'était peut-être un peu trop tôt parce que quand Renaud est arrivé ça a fonctionné.

D.G. : C’est surtout que le travail fait autour de Renaud a été intelligemment mené et Renaud avait le côté parisien qu’il a mis en avant avec la liberté, l'humour, la blague... C’était plus facile pour lui de faire rythmer les conneries quand on s'exprime en argot que quand on s’exprime d’une manière classique et conventionnelle. A mon époque j’avais fait écouter mes disques à plusieurs personnes quand je travaillais au stock chez Barclay, parce qu’il fallait bien que je gagne ma vie, vu que je ne vendais pas de disques ! Denise la secrétaire de Barclay m’a dit un jour de remonter car Brigitte Bardot voulait me voir. Imaginez Barbot il y a 50 ans … c’était une bombe ! Barbot m’a dit avec sa petite voix « j'ai écouté votre disque, j'aime pas du tout, ça ne vous va pas ». La seule chose qui vous va c’est ça et elle me donne le titre de « Dis-moi la pluie ». Je me suis dit « elle est gentille mais elle est un peu nunuche pour ne pas dire qu'elle n’a rien compris… ». En fait elle avait raison, parce que « La Tendresse » que je voulais tant faire, est la suite logique de cette chanson.

S.M. : Vous vous remariez tous les 11 ans avec votre femme Christine. Vous en êtes à votre combientième ?

D.G. : Pour le 3ème, on a foiré car on n’était pas en situation. On doit le refaire en Chine car on s’est rencontré à Pékin et si je peux aller chanter là-bas en même temps …

 

Propos recueillis par Pascale Peiffer

 

DATES À RETENIR :

Le samedi 23 novembre 2019 – Le Cannet – La Palestre

Le vendredi 17 janvier 2020 – Woincourt – Vim’Arts

Le samedi 18 janvier 2020 – Billy Berclau - Salle François Mitterand

Le dimanche 19 janvier 2020 – Hem – Le Zephyr

Réservez en ligne : https://www.fnacspectacles.com/place-spectacle/daniel-guichard-2019-jusque-la-ca-va-trngui19-lt.htm

 

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Articles associés
La danse, un bon moyen d'un...

La danse est un art, une activité physique et sportive pouvant s’adapter à tout âge. N&e...Lire plus...

Les vertus du yoga

Position assise au sol, jambes croisées, buste droit, mains sur les genoux, doigts unis vers le ciel&hellip...Lire plus...

Tailler les plantes vivaces...

Les plantes vivaces ont la particularité de ne pas comporter de bois. Chaque année, elles repoussent...Lire plus...

Écrivez-nous un commentaire