L'ile d'Oléron : l'ile lumineuse

  • Par Christina Roach
  • Mise en ligne : 27 octobre 2018
  • Mise à jour : 27 octobre 2018

Christina notre journaliste a choisi de nous faire partager son séjour sur l’Ile Lumineuse plus connue sous le nom d’Ile d’Oléron ; carnet de voyage à consommer sans sans modération !

L’Ile d’Oléron est reliée au continent par un pont. Sur ce dernier la magie opère (on lève le pied la vitesse est limitée à 70kms) et surtout on prend le temps. Je commence mon circuit par La Cotinière. Je loue un vélo chez Philippe et j’emprunte la piste cyclable. Celle-ci est agréablement ombragée et longe de belles vignes chargées d’un raisin somptueux.

Le conseil de Christina : 161 km d’itinéraires cyclables qui sillonnent l’Ile : Troquez la voiture pour le vélo !

Inspiré par cette vision je m’arrête chez un des nombreux viticulteurs de l’Ile. Monsieur Coulon me parle avec passion de l’agriculture raisonnée qu’il pratique par amour pour sa terre et pour assurer la pérennité de son exploitation. Le résultat est là : de beaux produits

finis souvent médaillés que l’on ne trouve que sur l’île, des produits variés : du cognac en passant par le Pineau blanc rose et rouge ainsi que ses vins dont un cépage spécifique de l’ile le Colombard travaillé avec art pour être au goût du jour.

Mais vite il faut repartir il y'a tant à voir et j’ai un peu faim il faut l’avouer. De retour à La Cotinière je me dirige vers le port de pêche. Attention tout est dédié aux pécheurs et on roule à gauche. Le choix est grand pour se restaurer mais j'opte pour l’Assiette du Capitaine et profite de sa terrasse face au port. Le lieu est coloré et on y sert des poissons pêchés du jour achetés là juste en face à la criée. La cuisine a cette simplicité qui met en valeur le produit et ravi les papilles.

Puisque c’est marée basse je profite pour m’essayer à la pêche à pieds. Equipée d’une paire de vieilles chaussures je m’aventure sur l’estran. Heureusement je ne suis pas seule, un spécialiste de l’environnement de IODDE m’accompagne. Attachée à l’ile, l’association devient pédagogue auprès des visiteurs afin de profiter de l’estran sans porter atteinte à la vie des espèces qui y vivent. Première règle : Toute pierre retournée doit être remise à l’endroit pour préserver la vie sur cette dernière. Respecter cette règle permet de découvrir des ophiures, des étrilles, des crevettes, des oursins… Mais attention on ne ramasse pas n’importe quoi n’importe comment, il faut utiliser la réglette et ainsi permettre aux espèces d’atteindre la bonne taille.

Je reprends ma visite et me dirige vers le phare de Chassiron. A son pied un jardin remarquable où sont représentés tous les bateaux qui se sont échoués malgré lui. Il se dresse fièrement rayé de blanc et noir sous le soleil et le vent. Le musée s’articule autour de l’histoire d’un homme sauvé suite à l’échouage de son bateau et qui reste sur l’Ile. Sa vie est l’occasion de découvrir les traditions, les écluses à poissons et bien d’autres choses. Enfin je m’attaque à l’ascension (très vite, je ralenti, il se mérite ce phare de 224 marches…). Au premier niveau je découvre les quartiers du gardien de phare, puis la sortie sur l’extérieur là sous la lentille. L’air marin, l’iode est omniprésent la mer est somptueuse, je la vois la passe agitée. De plus vue à 360° est époustouflante. Je redescends à contrecoeur car d’autres lieus m’attendent.

Sur l’île d’Oléron, le site ostréicole de Fort Royer, est incontournable. Là encore c’est un festival de couleurs avec toutes ces jolies cabanes en bois. Il est situé dans la Réserve Naturelle de Moëze

Oléron d'où des ornithologues observent les oiseaux. Là, accompagnée d’une animatrice je découvre les vertus des plantes dunaires qui se consomment tel que le Maceron qui est le poivre du Moyen Age ou qui soignent tel que la Criste Marine riche en vitamine C utilisée pour soigner le scorbut. Mais ce n’est qu’un modeste aperçu de toutes les richesses de cette dune.

Je décide maintenant de partir à la découverte de Saint Pierre d’Oléron où je flâne, découvrant le marché couvert et ses commerçants. Quelques emplettes et je file retrouver Patrice SAINTESPES qui va me conter Pierre LOTI au gré des rues, ruelles, maisons de Saint Pierre ou de Rochefort. De ce moment je ne parlerai pas plus car la passion et les connaissances de Patrice sont telles que je ne sais comment décrire la faculté qu’il a de rendre vivant tout ce qu’il explique : il est juste incontournable.

Après cette immersion dans le monde de Pierre LOTI il est difficile de reprendre le chemin mais je me dirige vers le Relais des Salines car j’ai négligé jusque là de goûter la reine de l’ile. Pour ce faire j’ai choisi Le Relais des Salines (heureusement j’ai réservé car le lieu est prisé). La cuisine est sans complication et délicieuse à s’en lécher les doigts. Et même si cela ne se fait pas, je l’ai fait en dégustant mes huitres chaudes à la fondue de poireaux. Pour parfaire ma culture j’ai visité l’écomusée qui permet de découvrir l’univers du sel et des marais de manière ludique.

Ne quittez pas l’île sans une visite du site de Couleurs Cabanes. Ces anciennes cabanes ostréicoles ont été transformées en ateliers d’artistes et c’est pêle mêle que vous découvrirez la finesse de l’enluminure et la calligraphie chez 22 CARATS, les sculptures en tissus durci de MAMAMIO, le raku de Muses et Hommes, les sculptures métalliques de Lionel SESTIAA et tous les autres artistes que j’oublie.

Le conseil de Christina : Réservez-vous une pause bien-être dans un lieu tout en raffinement : Le Thalassa sea and spa. Bien à l’abri dans une pinède et face à la mer, le temps s’arrête. Tout est dédié à son bien-être ! D’abord un diagnostic appelé le QPM qui permet de visualiser ses niveaux de forme (un vague « ça va » n’est plus de mise si vous voulez vraiment que les soins que vous allez choisir soient les plus adaptés). Personnellement, après ce test et surtout son interprétation avec Diane j’opte pour un parcours marin spa iodé et une séance de respirologie. Le parcours marin a ici été repensé : c’est un délice de détente. Quant à la respirologie Claude est un révélateur d’énergie.

Me revoilà sur le pont, au revoir la Lumineuse quel séjour !

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Articles associés
Ibiza, une destination auss...

L’île des Baléares qu’est Ibiza a la réputation d’être réserv&e...Lire plus...

La côte Bleue entre Marseil...

Marseille est la deuxième commune de France et la plus importante station balnéaire. Elle poss&egrav...Lire plus...

Partir en vacances avec d'a...

Passé l’âge de la retraite, même si l’envie d’en profiter est bien pré...Lire plus...

Écrivez-nous un commentaire