La mémoire, un formidable outil à développer

  • Par Héloïse Morée
  • Mise en ligne : 30 août 2018
  • Mise à jour : 30 août 2018

Capacité à enregistrer des informations, à les conserver et à s’en rappeler… Nous parlons bel et bien de la mémoire. Mais la mémoire ne se résume pas qu’à ça. Le cerveau humain compte en effet plusieurs types de mémoires.

On distingue tout d’abord la mémoire à court terme. Sa fonction est de conserver l’information un temps donné. On peut citer en exemple le fait de mémoriser un numéro de téléphone ou une liste de courses. Une fois traitée, l’information n’est plus utile et peut être effacée de la mémoire. 

On retrouve en parallèle la mémoire à long terme. À l’inverse, cette mémoire collecte les souvenirs depuis le début de notre vie. On se rappelle ainsi des différentes étapes de vie, d’événements bien spécifiques, de dates clés, de certaines personnes, de lieux, etc. 

La mémoire lexicale, elle, est la mémoire des mots. Elle est utilisée pour se rappeler du nom des objets et des personnes.

La mémoire épisodique est centrée sur l’idée de la réalisation ponctuelle d’une tâche, de la survenue d’un événement. « La première fois que… » et « La fois où… » en sont l’expression.

La mémoire procédurale est la mémoire du savoir-faire. Elle correspond à notre capacité de conduire, de faire ses lacets, du vélo, etc.

Enfin, la mémoire sémantique correspond aux idées, aux notions, à la compréhension du monde et de l’environnement.

La mémoire est un incroyable outil dans la mesure où le cerveau en sollicite chaque sphère selon les besoins du moment. Est-il envisageable d’entraîner sa mémoire ? Peut-on la renforcer pour la rendre plus efficace ?

Entraîner sa mémoire, c’est possible

Afin de mémoriser une information, il est nécessaire de lui donner du sens. Pour se rappeler les choses, il est bienvenu de faire lien avec d’autres éléments. Il ne faut pas hésiter à solliciter son imagination dans ce cadre. Il est également important d’avoir le souhait de mémoriser. Pour cela, on se montre particulièrement attentif et concentré.

Il ne faut pas chercher à mémoriser trop d’informations à la fois. Il est important de laisser le cerveau les assimiler les unes après les autres. Entre deux périodes de mémorisation, il faut reposer son esprit en vaquant à des occupations ne le sollicitant pas.

Afin de vérifier le bon enregistrement des nouvelles informations, il est nécessaire de se les rappeler régulièrement. Par ailleurs, le fait d’être capable de l’expliquer à d’autres est le signe que vous avez bien intégré le nouveau concept.

Être aidé pour développer sa mémoire

L’accompagnement d’un sophrologue a un impact positif sur l’augmentation des capacités mnésiques. La sophrologie utilise notamment la visualisation de moments heureux. Il en effet été prouvé que pour fonctionner de manière optimale, le cerveau avait besoin de pensées positives.

Dans le même registre, la relaxation et la méditation ont fait leurs preuves. Fixer son attention sur un objet est particulièrement bénéfique, tout comme le fait de pratiquer un instrument de musique. À défaut, écouter de la musique s’avère efficace.

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Articles associés
Qu'en est-il de l'espérance...

L’espérance de vie correspond à la probabilité d’années à vivre &ag...Lire plus...

Ostéoporose et vitamine D

Les seniors peuvent être touchés par diverses pathologies qui s’attaquant à leur squelet...Lire plus...

Canicule : conduite à tenir

Le soleil, tout le monde aime ça. Ses vertus sur le moral ne sont plus à prouver. À lui seul,...Lire plus...

Écrivez-nous un commentaire